Retour haut de page

Augustin VANDENHOVE

26 novembre 2021

Augustin VANDENHOVE

Interview

Augustin VANDENHOVE, Offshore Solution Manager - LDA

 

1) Pourriez-vous nous résumer votre parcours et nous présenter votre poste actuel ? Si vous avez évolué au sein de LDA, pourrez-vous le préciser svp ?

J’ai grandi non loin de Dunkerque et le métier de marin me semblait être une évidence.

J’ai commencé à naviguer sur le vraquier Pierre LD en 2009 en tant qu’élève et, à partir de 2011, sur les navires câblier en tant qu’officier pont, officier câble et quelques fois pilote « subsea ». J’ai eu la chance par la suite de prendre en charge la fin de la construction du « daughter craft » (navire fille) Speed of Change fabriqué à la Ciotat, avec lequel j’ai ensuite navigué quelques mois autour des îles de Port-Cros et du Levant. Cette expérience m’a permis de passer second capitaine et je suis donc retourné sur les câbliers.

En 2020, j’ai accepté un poste à terre pour travailler main dans la main avec notre client ASN. C’est une expérience très intéressante et enrichissante qui prendra fin dans le courant de l’année 2022.  Je recommencerai ensuite à naviguer.

2) Qu’appréciez-vous plus particulièrement dans votre métier ?

Le métier de marin n’est pas fait pour tout le monde, c’est un rythme de vie très impactant pour le marin mais aussi pour sa famille, nous sommes à terre quelques mois et entièrement disponibles puis nous ne sommes plus là du tout, et souvent pas facilement joignable. Ce rythme me plait beaucoup, j’apprécie le fait d’avoir une tache à faire dans un temps imparti et ensuite de pouvoir gérer mon temps comme je l’entends. Fort heureusement, ce rythme convient aussi à ma famille qui apprécie ma disponibilité lorsque je suis en congés.

Pendant cette expérience à terre, c’est totalement différent, je suis disponible beaucoup plus régulièrement mais beaucoup moins souvent. Cela me permet de planifier des évènements sur du long terme. Comme le disait un précèdent collaborateur, pendant notre passage au siège nous avons le temps d’apprécier les saisons. J’avais un peu souri lorsqu’il me l’avait dit. Un an après, j’ai pris la pleine mesure de cette phrase.  

3) A propos de votre métier : auriez-vous une anecdote ou un fait marquant à partager ?

En mer, il y en a beaucoup :  une arrivée à Sydney, les aurores boréales, la houle de l’Atlantique qui berce plus ou moins l’équipage pendant quelques semaines, mais aussi les rencontres avec tous ces gens à travers le monde qui sont bien souvent heureux de nous recevoir et de partager avec nous.

A terre, la découverte du télétravail, un mois après être arrivé, n’a pas été une expérience facile mais j’y ai trouvé mes marques.  

4) Quelle est votre devise ?

Un bateau qui reste au port n’est pas en danger mais ne va nulle part.