Retour haut de page

Alexandre Bories

11 décembre 2020

Alexandre Bories

Interview

Alexandre Bories, apprenti gestionnaire innovation

 

1/ Pourrais-tu nous résumer ton parcours ?

J’ai commencé en Bac Science Technologique de l’industrie option développement durable, suivie d’un an en université mécanique à Nîmes. Suite à cela, je me suis réorienté en école de commerce où j’ai décroché une licence en gestion. Je suis désormais en Master 1 Management de l’Innovation à l’Université de Montpellier en alternance.
Au travers mes études, j’ai pu travailler en tant que mécanicien, opérateur tourneur fraiseur, facteur également, et dans le cadre de mon école de commerce, je me suis expatrié 6 mois à Londres en 2018 afin de réaliser un stage en start-up et pratiquer mon anglais.

2/ Pourquoi le Groupe Louis Dreyfus Armateurs ?

Je ne connaissais le Groupe Louis Dreyfus Armateurs que par les navires Airbus avant d’intégrer mon université, ni même le milieu maritime. Aussi cette alternance est pour moi une découverte totale et également passionnante.

3/ Pourrais-tu nous parler de ton poste actuel / de tes missions ?

Mon rôle consiste à ordonner la multitude d’idées qui fusent chez LDA. Dès mon arrivée, j’ai pu voir que les opportunités restaient dans l’encadrement d’une porte, sur le coin d’un bureau ou ne restaient qu’au stade d’une pause-café. Pour l’heure, mon rôle est donc de collecter les opportunités émanant de chaque partenaire et de les ordonner. Celles-ci seront ensuite soumises à un comité qui jugera de la viabilité de l’idée et de la suite à donner.
De cette façon, même si nous ne travaillons pas toutes les idées, elles ne sont pas perdues.
Par la suite, mon rôle devrait évoluer sur la gestion et le développement des idées retenues. Mais chaque chose en son temps, déjà j’ai compris ce qu’était un thruster à azimut escamotable !

4/ Qu'apprécies-tu plus particulièrement dans ton métier ?

Ce qui est intéressant à ce poste, c’est la découverte permanente de nouvelles idées. Que ce soit en interne ou externe, il y aura toujours quelque chose de nouveau. Et pour porter ses idées, il faut aller à la rencontre des gens, chose que j’apprécie beaucoup.

5/ Quel regard portes-tu sur cette année 2020, si particulière ? As-tu un fait marquant, une anecdote à nous partager ?

L’année 2020 fut une année d’investissement personnel. Ayant terminé mes cours en décembre 2018, j’ai travaillé dans les travaux publics toute l’année 2019. Aussi, à l’issue de mon contrat, j’ai décidé de m’engager au sein de la réserve militaire. Je suis donc engagé depuis février 2020 dans un régiment de l’armée de terre. Je n’ai fait, pour l’heure, que quelques gardes et formations comme ceux des premiers secours, mais ces expériences sont très intéressantes, et j’espère évoluer au sein de cette institution.

6/ La terre ou la mer ?

Je suis cannois de naissance, donc de facto, montagnard, les pieds dans la mer.

7/ Quelles sont tes passions ?

Plus « jeune » j’adorais le vélo, de montagne surtout et je faisais environ 60km par semaine. Mon entrée en école de commerce m’a ralenti et aujourd’hui, je pratique avec plus de passion le tir sportif en stand. Je suis actuellement tireur au poudre noir. A mes heures perdues, je fais aussi du paintball ou « airsoft » afin de pouvoir tirer sur les copains, mais sans danger ! Ça me permet aussi de m’entrainer en parallèle de la réserve.

8/ Quelle est ta devise dans la vie ?

Soit curieux de l’inconnue, car qui sait, tu pourrais l’épouser !